2016 : Macau

Couverture MacauMacau, le lauréat du Prix Écrire la ville 2016, a paru aux éditions du Seuil en 2009. C’est l’histoire de Breughel, à la lisière de la mort, qui dialogue avec lui-même et se souvient de son amour passé, Gloria, comme du Macau dont le charme colonial se laisse de plus en plus envahir par une esthétique urbaine banlieusarde et les standards d’un tourisme mondialisé.

« Le roman s’appuie sur des éléments qui pourraient donner naissance à du mélodramatique (narrateur parlant à la première personne, atteint d’un cancer et qui raconte la folie de la femme qu’il aimait en même temps que leurs engagements politiques), mais qui sont traités avec cette sècheresse mystérieuse et singulière qui est la marque de fabrique de l’auteur.
L’écriture dense, comme toujours chez Volodine, procède par courts chapitres, parfois juste une phrase en caractère gras. Le roman devient prose poétique et l’on rêve avec Breughel du Macau mythique et du temps qui passe, puissance de désenchantement. »

Pierre-Yves Boissau, lecteur du Comité

L’AUTEUR

Antoine VolodineAprès des études de russe qui l’ont amené au professorat et à la traduction, Antoine Volodine a décidé de se consacrer pleinement à l’écriture. Il a publié de nombreux romans chez divers éditeurs (Denoël, Minuit, Gallimard, Seuil) ; parmi les plus célèbres, on peut citer Des anges mineurs (Prix du Livre Inter 2000), ou encore Terminus radieux (Prix Médicis 2014). Antoine Volodine est aujourd’hui le principal représentant du post-exotisme, un univers qui oscille entre fiction et réalité.

Publicités